Midi Madagasikara : Politique & Diplomatie

Campagne présidentielle : les dés sont pipés

Ce sont les méthodes déjà utilisées par ses prédécesseurs dont le régime en place se sert pour essayer de reprendre en main une situation fluctuante. Les membres de l’administration ont été mobilisés pour venir applaudir le chef de l’Etat lors de son déplacement à Toliara. La manifestation a donc pu se dérouler devant une foule nombreuse à la grande satisfaction de ses organisateurs. Ces derniers ont donc pu parler d’un immense succès.

Campagne présidentielle : les dés sont pipés

Pour arriver à contrer l’offensive médiatique de son rival déclaré, le régime en place doit multiplier les initiatives. Et, il est obligé d’user des moyens en sa possession pour arriver à remonter la pente. Il dispose des prérogatives de la puissance publique et il ne se prive pas de les utiliser. Les déplacements soigneusement préparés bénéficieront d’une couverture très large des médias officiels. Les organes de presse favorables au régime vont faire des reportages très élogieux. Les membres de l’administration étant à la disposition totale du pouvoir sont utilisés comme le veulent les autorités locales. La précampagne qui se déroule actuellement peut se dérouler sans que l’on puisse s’y opposer. Les adversaires potentiels seront grandement handicapés car ils ne pourront pas bénéficier des mêmes facilités. D’ailleurs, ils sont assujettis aux règlements en vigueur. Ils doivent déposer des demandes d’autorisation pour pouvoir organiser leur manifestation. Les déclarations de candidature se multiplient, mais ceux qui disent vouloir participer à la course à l’élection présidentielle ne peuvent pour le moment pas relayer leur message auprès de la population. Les règles du jeu sont donc faussées, mais une prise de conscience des citoyens apparaît. Ces derniers ne sont pas dupes et savent démêler le vrai du faux. Ils ne tiennent pas compte de ce qui n’est que faux semblant et propagande. La campagne de l’élection présidentielle n’est pas encore officiellement commencée, mais on s’aperçoit que les dés sont déjà pipés.

Patrice RABE