L'express de Madagascar : Santé et Bien être

Santé – L’entretien attend l’approbation du budget programme

Des nids de poule et des points noirs dans plusieurs quartiers d’Antananarivo. Les grognes des usagers montent. Les conducteurs de transports en commun, de véhicules particuliers ainsi que les piétons veulent tous fouler des chaussées lisses. Tsaralalana, Ambodifilao, Besarety, Nanisana, Antanimena, Ankerana, Alarobia… où ils vont, ils rencontrent des embouteillages monstres à longueur de journée à cause des trous dans la chaussée. « L’état lamentable des routes pénalise tout le monde. Vendredi dernier, nous avons remarqué une voiture 2CV ayant endommagé sa transmission au niveau d’Ampasapito, près de l’IST. Un autre jour, un motard a évité le pire dans le même trou puisque des automobilistes ont failli rouler dessus faute d’éclairage », témoigne Ny Aina Rakotoarisoa, usager de cette route.

Sur le principe, la réhabilitation des routes nationales revient au ministère des Travaux publics. Toutefois, il appartient à la Commune urbaine d’Antananarivo de prendre en main l’entretien des artères reliant les différents quartiers.

Élysée Razafimahefa, directeur des Travaux publics auprès de la municipalité, clarifie qu’au titre de cette année, l’entretien des rues dépend de l’approbation du budget programme. « Nous avons déjà soumis notre plan de travail annuel mais nous attendons l’aval du bureau exécutif et de la direction financière qui débloque l’enveloppe prévue pour les travaux de réhabilitation », commente-t-il.

Auparavant, le ministère de tutelle et la commune se sont mis d’accord pour désigner qui va se charger de l’entretien

Farah Raharijaona