News Mada : Archives

Affaire houcine arfa : le fugitif accable l’entourage du président

L’affaire d’évasion du sniper, Houcine Arfa, est riche en rebondissements. En cavale, il a indiqué qu’il est victime d’une machination.

Houcine Arfa, 54 ans, a vertement accusé certains membres de l’entourage du président Hery Rajaonarimampianina. Selon ses dires, rapportés par RFI Afrique, les accusations dont il fait l’objet à Madagascar sont forgées de toute pièce. Pour lui, il ne s’agit ni plus ni moins que d’une mascarade destinée à le faire taire.

«Si j’ai été arrêté et emprisonné à Madagascar, c’est parce que je dispose d’informations compromettantes concernant plusieurs conseillers du président malgache». Des conseillers qui, selon le quinquagénaire, sont «impliqués dans divers trafics, notamment de bois de rose et de vanille». La question est donc de savoir si Houcine Arfa est réellement un témoin gênant.

Pour étayer sa déclaration, le fugitif a fait savoir sur RFI Afrique qu’il est un «conseiller en sécurité» du président Hery Rajaonarimampianina.

Spécialiste en stratégie militaire

«Houcine Arfa dit avoir été recruté par la présidence malgache en novembre 2015 alors qu’il se trouvait encore à Paris. Il se présente comme spécialiste en stratégie militaire ayant exercé en France, à Dubaï et dans plusieurs pays d’Afrique. A Madagascar, sa mission était de former 900 hommes de la garde présidentielle, notamment dans le cadre du Sommet de la Francophonie qui s’est tenu en novembre 2016», pouvait-on lire sur le journal en ligne de RFI Afrique qui a également rapporté les explications de la présidence selon lesquelles

«Houcine Arfa a bien été formateur de membres de la garde présidentielle pendant quelques mois en 2016 mais il n’a jamais été le conseiller en sécurité du chef de l’Etat».

Quoi qu’il en soit, le principal intéressé a précisé qu’il était très proche du président. «Je ne suis pas un voyou, je ne suis pas un tueur, je suis un formateur. J’avais la confiance totale du président de la République. On se voyait presque tous les jours pour élaborer des schémas tactiques», a-t-il déclaré.

Trois agents pénitentiaires écroués

Racontant son évasion, Houcine Arfa a indiqué qu’il avait bénéficié l’aide de son épouse Marie Claude et des agents pénitentiaires qui l’escortaient. «Si je ne m’évadais pas, j’allais mourir. En deux mois et demi de détention, j’ai perdu 19 kg», a-t-il révélé.

Le 28 décembre dernier, après avoir «faussé compagnie» à ses agents d’escorte, Houcine Arfa a quitté Madagascar à bord d’un Kwassa pour rejoindre Mayotte où il a pris un avion à destination de Paris.

Pour rappel, Houcine Arfa a été emprisonné depuis juin 2017 pour détention illégale d’armes à feu et de munitions, tentative de kidnapping, association de malfaiteurs et usurpation de fonction. Il est également soupçonné d’avoir essayé d’attenter à la vie du président de la République. Dans l’avis de recherche qu’elle a récemment lancé, la police le présentait comme un «individu armé et dangereux».

D’après des sources concordantes, une dizaine d’agents pénitentiaires ont été auditionnés dans le cadre de cette affaire à la brigade criminelle. D’après les dernières nouvelles, trois d’entre eux ont été placés en détention préventive à la maison de force de Tsiafahy dans la soirée d’hier, après leur défèrement au Parquet d’Anosy.

Par ailleurs, un haut responsable de la police nationale a fait savoir que dans le cadre de la coopération policière internationale, sachant qu’un avis de recherche est lancé, Interpol est systématiquement saisi.

Mparany