Midi Madagasikara : Politique & Diplomatie

Marc Ravalomanana Un « self made man »

Marc Ravalomanana Un « self made man »

Né le 12 décembre 1949 à Imerinkasinina, Marc Ravalomanana fêtera son 68e anniversaire la semaine prochaine. Sa personnalité incarne les enfants issus d’une famille modeste qui ont réussi dans la vie. Fils d’agriculteur, l’ancien président est le cadet d’une fratrie de huit enfants. D’où son nom « Ravalo ». Après ses études primaires dans son village natal, il rejoint le collège protestant d’Ambatomanga qui était alors dirigé par des missionnaires suédois. Très croyant, Marc Ravalomanana fréquente dès son plus jeune âge l’Eglise protestante réformée (FJKM). Il était très actif dans sa paroisse et intègre notamment la chorale, puis enseigne le catéchisme. Peu à peu, il prend différentes responsabilités au niveau de cette Communauté religieuse, jusqu’à devenir plus tard, vice-président laïc au sein du Bureau central du FJKM. C’est durant ses études au collège protestant d’Imerinkasinina qu’il a rencontré Lalao Rakotonirainy, la femme qu’il épouse en 1974 et avec qui il aura quatre enfants dont une fille et trois garçons.

Vendeur ambulant. A la fin de ses études, le jeune homme crée une fabrique artisanale de yaourts. Il collecte le lait dans les villages et se fait vendeur ambulant pour commercialiser la production familiale. Pour acquérir des expériences, il suit des stages dans l’industrie agroalimentaire, d’abord au sein du groupe « Tetra Pak » en Suède, puis au Danemark. L’ex-président est aussi un « self made man » connu et reconnu même sur le plan international. À la fin des années 1970, il emploie cinq salariés. Sa petite entreprise va alors sortir de l’informel pour connaître une expansion sans précédent. Têtu, persévérant, rigoureux, impulsif, déterminé et capable de tout faire pour parvenir à ses fins, il consacre tout son temps et toute son énergie à la recherche de solutions pour développer son business. Ravalomanana sollicite un crédit auprès de l’Agence française de développement, mais sa demande a été rejetée. Il se tourne alors vers la Banque mondiale et obtient un prêt de 1,5 million de dollars. En 1982, il crée l’entreprise « Tiko ». La société fabrique et commercialise des produits laitiers, de l’huile alimentaire, des glaces, des jus de fruits et des boissons gazeuses. En 1996, Norbert Lala Ratsirahonana qui était alors Chef de l’Etat par intérim après que le Professeur Zafy Albert est démis de sa fonction suite à une motion d’empêchement votée à l’Assemblée nationale, a accordé d’importantes exonérations fiscales au profit du Groupe Tiko. Ce qui lui a permis de créer deux ans plus tard la société Magro qui s’est spécialisée dans le commerce en gros.

Fin stratège. Le 1er septembre 1988, sur ordre du Substitut de la Procureure de la République du Tribunal de première Instance d’Antananarivo de l’époque, le PDG du Groupe Tiko a été placé sous mandat de dépôt à Antanimora pour une affaire de corruption. Son entrée dans la politique est survenue en 1999 lorsqu’il s’est porté candidat aux élections communales à Antananarivo sous les couleurs de l’association « Tiako Iarivo ». Une élection qu’il a remporté haut la main. Malgré les résultats affichés entre autres, dans la réhabilitation d’infrastructures, l’assainissement de la capitale et la mise en œuvre de différents projets d’aménagement urbain réalisés avec l’appui des bailleurs de fonds, Marc Ravalomanana a utilisé ce passage à la Mairie de Tana comme un tremplin. En effet, il visait plus haut. C’est la Magistrature suprême. Aussi, le 5 août 2001, devant l’Eglise protestante d’Imerinkasinina, il annonce sa candidature à l’élection présidentielle de décembre 2001. Après six mois de mouvement de contestation de rue et une médiation menée notamment par l’Union africaine, Marc Ravalomanana a finalement été investi officiellement Chef d’Etat le 6 mai 2002. Ravalo était un président connu particulièrement pour son franc-parler. Il n’a rien d’un diplomate et ses déclarations sont toujours à l’emporte-pièce. C’est aussi un fin stratège. Très autoritaire dans ses prises de décisions, l’ex-Chef de l’Etat incarne la culture des résultats. Malgré sa rigidité, Marc Ravalomanana est aussi quelqu’un d’accessible. Il a beaucoup d’humour et sait se montrer chaleureux.

Recueillis par Davis R