La Vérité : Archives

Sécurité routière – Le code de la route fait défaut

Une personne meurt tous les 48h. Ce chiffre alarmant résume les cas d’accidents de circulation survenus en 2015, dont nombreux ont été mortels. L’accident qui s’est produit à Andranovelona Mahitsy, où 7 personnes sont décédées dont 6 écoliers ou encore celui sur la route Digue avec 7 morts, en 2016,

ainsi que celui survenu à Anjozorobe au mois de janvier de cette année avec un bilan de 47 morts, constituent les cas les plus catastrophiques. La fréquence de ces accidents s’explique non seulement par la négligence, l’irresponsabilité et l’incapacité des transporteurs mais aussi par l’inexistence d’un code de la route dans le pays. « Madagascar n’a jamais eu de code de la route. C’est l’ordonnance n°62.066 du 27 septembre 1962 sur la circulation routière qui régit ce domaine depuis des années, quoique cela ne concerne que les véhicules de transport. Le code gère à la fois la route et tous les espaces publics garantissant la mobilité des citoyens, y compris l’utilisation des trottoirs, les capacités requises pour les chauffeurs, etc. », souligne Gabriel Harrison, chef du projet sur la conception d’un manuel sur le code de la route 2017. La présentation officielle de ce manuel s’est tenue devant la presse, hier à Ankorondrano. Toutefois, un projet de loi portant code de la route est actuellement en gestation auprès de l’Assemblée nationale. « Une fois validé par le Parlement, ce projet devrait encore passer auprès de la Haute Cour constitutionnelle (Hcc) avant la promulgation par le Président de la République et la sortie des décrets d’application, etc. Bref, l’application de ce code de la route sera encore à moyen, voire à long terme », ajoute notre source. Une des raisons pour laquelle le secteur privé, regroupant diverses entreprises et fédérations, s’est investi pour l’amélioration de la sécurité routière dans la Grande île, à travers dudit manuel. Ainsi, Sodirex, Citroen, Vivo Energy ou encore la Fédération malagasy du motocyclisme et celle du sport automobile espèrent avoir le rétablissement et la réappropriation progressive de l’ordre dans une société qui semble avoir égaré ses repères. Notons que 5 000 exemplaires de ce manuel seront distribués gratuitement à toutes les Communes, les Forces de l’ordre, les députés et sénateurs et à la presse.

Patricia Ramavonirina